Christophe Dolbeau: France-Croatie
FRANCE - CROATIE 20/23

C. Dolbeau
"Je ne sais, écrit-il en 1813, si la langue slave aura jamais une littérature classique ; je l'en crois très digne sous tous les rapports, et il est du moins certain qu'elle a déjà son Iliade : c'est l'Osmanide, poème épique de Gondola, aussi célèbre chez les Dalmates qu'il est inconnu à Paris". De retour en France, Charles Nodier écrit plusieurs nouvelles d'inspiration dalmate (ou "morlaque" comme on dit alors) comme "Smarra ou les démons de la nuit" qu'il prétend "traduit de l'esclavon du comte Maxime Odin" (93), et "Jean Sbogar" (1818) qui inspirera à George Sand son "Uscoque" (1838). Dans sa préface à l'édition de 1832 de "Smarra", Nodier évoque de manière un peu sarcastique le complexe de supériorité des Français vis-à-vis de la culture croate : "On ne savait pas encore en France, déclare-t-il, mais aujourd'hui on le sait même à l'Institut, que Raguse est le dernier temple des muses grecques et latines ; que les Boscovich, les Stay, les Bernard de Zamagna, les Urbain Appendini, les Sorgo, ont brillé à son horizon comme une constellation classique, du temps même où Paris se pâmait à la prose de M. de Louvet (94) et aux vers de M. Demoustier (95) ; et que les savants esclavons, fort réservés d'ailleurs dans leurs prétentions, se permettent quelquefois de sourire assez malignement quand on leur parle des nôtres" (96) C'est à cette veine dalmate qu'il faut aussi rattacher la célèbre "Guzla" de Prosper Mérimée (1827) dont les ballades "illyriques" sont supposées être celles du mythique Hyacinthe Maglanovitch ; il faut dire que cette forme de poésie jouit d'une réputation certaine depuis que Mme de Stael l'a comparée (dans "Corinne") à celle d'Ossian. Voisin des Croates durant son séjour à Trieste, Stendhal choisit, quant à lui, de faire du héros de sa nouvelle "Le Juif" (97) un vivandier zaratin qui suit un régiment croate. Balzac lui-même n'échappe pas à cette mode ou à cette influence : ici ou là apparaissent, en effet, des allusions à la Croatie ("La peau de chagrin"), à Raguse ("Le médecin de campagne"), à la Dalmatie ("Un début dans la vie"), tandis que dans "Les Paysans", l'un des principaux personnages est une petite Dalmate, la Péchina (98).

Des Croates francophiles

Arrivé en France en 1806 pour un séjour qui va durer trentecinq ans, Antun SorkoceviŠ (1775-1841), plus connu sous le nom de Comte de Sorgo, est un peu l'alter ego de Marc Bruère Desrivaux. Presque aussi parisien que son ami était ragusain, il affiche une francophilie active qui ne se démentira jamais. Dernier ambassadeur de la République de Raguse, il se dépense sans compter pour mieux faire connaître et apprécier sa patrie. Fréquentant Mme de Stael, Marmont et Mérimée, il devient membre de l'Académie Celtique (29 octobre 1806) (99) puis de la Société des Antiquaires (9 janvier 1828) et collabore à de nombreuses publications.

93. II s'agit bien entendu d'une mystification. En fait, Charles Nodier a puisé l'essentiel de ses informations dans les livres de Fortis ("Voyage en Dalmatie" 1778) et Appendini ("Carmina" - 1811).

94. Jean-Baptiste Louvet de Couvray (1764- 1797) a écrit des ouvrages à succès et à scandale : Les amours du chevalier de Fauhlas, Les amours du curé Sévin, Emilie de Varmont ou le divorce nécessaire, ete...

95. Charles-Albert Demoustier (1760-1801 ) est l'auteur des Lettres à Emilie surla mythologie ainsi que de nombreuses pièces de théâtre ("Le Conciliateur" "La toilette de Julie", "Sophronime"), etc...

96. Cf. Cnntes de Nodier, Edition Garnier Frères, Paris 1961, pp. 42 - 43.

97. Ecrit les 14 et 15 janvier 1831, Le Juif est publié pour la première fois en 1 855, dans les Nouvelles Inédites.

98. Cf. Balzac et les Slaves du sud, R. Maixner, in Annales de l'lnstitut Français de Zagreb, 1937, pp. 58 - 62 ; du même auteur, Balzac et l'Illyrie, A.I.F.Z. VI 941, pp. 221 - 226.

99. Fondée le 31 mars 1805 (9 germinal an XIII), l'Académie Celtique avait pour objectif de s'occuper plus spécialement des antiquités de France ; présidée par l'ancien préfet lacques de Cambry, elle siégeait au Louvre et comptait 73 membres actifs, 43 membres d'honneur dont 30 étrangers, et 66 correspondants nationaux. Devenue "Société nationale des antiquaires de France" (à partir de 1814), elle aura pour adhérents des gens comme Renan, Waddington, Héron de Villefosse et le comte Riant.

INDEX| HOME| CONTINUE

______________________________________
Studia Croatica Studia Croatica Blog Croatian Culture Hrvatska Kultura Videos by Studia Croatica Studia Croatica - Facebook Studia Croatica - Twitter www.croacia.com.ar Adriana Smajic Glagol Press